ÉPIDÉMIE CORONAVIRUS COVID-19
Conformément aux décisions gouvernementales et mesures de déconfinement, certains lieux, équipements, structures, etc... peuvent rester fermés ou rouvrir avec des horaires modifiés. Obtenez toutes les infos en direct par téléphone, mail ou sur le site internet de nos partenaires et via notre chat et page Facebook.

Etape désormais incontournable sur la route des abbayes, l’abbatiale de Montivilliers a été le moteur d’un développement économique dont le XIVe siècle marque l’apogée. Tannerie, draperie sont alors les fleurons artisanaux.

Les tissus de la ville, exportés dans toute l’Europe, sont réputés pour être les plus beaux de France. La création en 1517 du port du Havre sonne le glas de ces activités. Plus tard la révolution française marque le départ définitif des religieuses.

Vue d'ensemble de l'abbaye de Montivilliers
Vue en hauteur sur le cloître et le jardin du cloître de l'abbaye de Montivilliers
Vue en hauteur sur le cloître et le jardin du cloître de l'abbaye de Montivilliers

Montivilliers,
cité des abbesses.

Deux siècles plus tard, après bien des péripéties, les bâtiments entament une nouvelle vie et permettent à la seconde ville de la Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole, de renouer avec son riche passé. Remarquablement restaurée, l’abbaye fait l’objet d’un parcours scénographique évocateur de son histoire et soulignant l’importance de sa présence dans le développement du territoire.

La découverte du Cloître, de la salle capitulaire, des dortoirs des XIIème et XVIème siècles, du réfectoire (devenu lieu d’exposition) et enfin du logis de l’abbesse (désormais bibliothèque) permettent de saisir les modalités de la vie d’une abbaye.

L’Abbatiale de Montivilliers

Dans la lignée des grandes églises romanes normandes du XIe siècle, initialement seules les moniales en avaient l’usage.

Elle devint ensuite accessible aux paroissiens.

Les vitraux de l'église abbatiale de Montivilliers
Intérieur de l'abbaye de Montivilliers

L’Aître de Brisgaret

Au XVème siècle, le cimetière principal de Montivilliers est déplacé sur les hauteurs de la ville. Au XVIème siècle s’y ajoute une galerie en charpente destinée à protéger la population lors des cérémonies religieuses. Surmontée d’un comble, elle sert également à recevoir les ossements recueillis lors des exhumations.

Exceptionnel par sa structure comportant une chapelle et ses représentations sculptées, l’Aître de Brisgaret est classé au titre des monuments historiques depuis 1886. Le décor rappelle d’une part les fonctions du site (ossuaire) et d’autre part la symbolique de la Passion du Christ. 

La galerie et la chapelle de l'aître de Brisgaret à Montivilliers
La galerie et la chapelle de l'aître de Brisgaret à Montivilliers
Sculptures dans le bois de l'un des piliers de l'aître de Brisgaret à Montivilliers
Sculptures dans le bois de l'un des piliers de l'aître de Brisgaret à Montivilliers

S’y ajoutent des représentations de la Mort telle qu’elle était habituellement figurée au Moyen Age. Ces éléments macabres se retrouvent d’ailleurs à l’Aître St Maclou de Rouen construit à la même époque. Ces deux Aîtres sont avec celui de Monfort l’Amaury, les derniers témoignages visibles de charniers pourvus de galeries installées dans un cimetière.

Maison pans de bois Montivilliers

Montivilliers,
patrimoine et architecture

Le temple protestant de Montivilliers – Construit sous Louis XVI, toujours dédié au culte, bâti en ovale, originalité architecturale dont il reste le seul témoin, il marque l’importance de la présence protestante dans la ville de Montivilliers. Il bénéficie d’un très bel orgue datant du premier tiers du XIXème siècle provenant de l’ancien temple luthérien d’Elbeuf.

Les hallettes – Ces petites boutiques en bois (datant du XIXème siècle) sont les vestiges des échoppes médiévales  adossées au mur d’enceinte de l’abbaye. Louées aux marchands contre le paiement d’un « droit d’étal », elles leur permettaient de commercer et présenter leurs marchandises. Aujourd’hui elles sont occupées par des artistes et artisans d’art.

L’Hôtel Dieu – Maison de Dieu fondé en 1241 à l’initiative de l’abbesse Marguerite de Sargines, il est dédié à recevoir pauvres et malades. Aujourd’hui seul le bâtiment principal subsiste et son rôle est tout autre. Devenu Maison des Arts, il héberge les écoles de musique, de théâtre et de danse. 

Les remparts – Édifiés dans la seconde moitié du XIVème siècle pour se protéger en vain de l’envahisseur anglais responsable à deux reprises du saccage de la ville, son utilité n’a plus lieu d’être à la fin de la guerre de cent ans. Démantelé peu à peu au fil des siècles pour servir de carrière de pierres, il n’en subsiste que quelques vestiges visibles rue Victor Hugo.

Montivilliers aujourd’hui

Montivilliers compte deux marchés hebdomadaires, véritables lieux de convivialité et d’échanges. Légumes, fruits, viande, poisson, pain, fromage, vin… autant de produits du terroir, de produits bio, mettant en avant le savoir-faire des producteurs locaux. La ville de Montivilliers participe à l’opération « J’aime mon marché » valorisant  l’histoire, l’importance et la modernité de ce circuit court de distribution.

La vie culturelle liée pour partie à l’abbaye propose des spectacles, festivals, expositions… Le 7ème art n’est pas oublié avec le complexe cinématographique de 4 salles, les Arts

Marché de Montivilliers

rue Aldric CrevelMONTIVILLIERSTel. 02 35 30 96 66EmailSite internetEn savoir plus