Un Été Au Havre – Collection permanente

LE HAVRE

catène de conteneurs -Vincent Ganivet ©Philippe Bréard VDH006

Henrique Oliveira Sisyphus casematere

UEAH-NarrowHouse-22_06_2022-abb-005

UEAH-JusquauBoutDuMonde-23_06_2022-abb-023

UEAH-IzumiKato-25_06_2022-abb-001

Stephan Balkenhol Apparitions-4

Monsieur Goéland Stéphan Balkenhol15-3

LANG-BAUMANN-UP

3-2018© Philippe BREARD

Impact Stéphane Thidet

UEAH - G Chatonsky - ©Anne-Bettina Brunet-001

UEAH - isabelle Cornaro -©Anne-Bettina Brunet-002

Gold Coast - ©LHET (3)

UEAH-SorciereDeLaMer-17_06_2022-Abb-014

UEAH-EmmaBiggs-25_06_2022-abb-001

Parabole - Alexandre Moronoz © Laurent Bréard - Ville du Havre

Le Temps suspendu © Philippe Bréard - Ville du Havre

Bassin du Roy - Baptiste Debombourg © Philippe Bréard - Ville du Havre

Bassin du Roy - Baptiste Debombourg © Philippe Bréard - Ville du Havre

Le Temps suspendu © Philippe Bréard - Ville du Havre

Beschreibung

L’aventure d’Un Été Au Havre a commencé en 2017 à l’occasion de la célébration des 500 ans de la fondation de la ville et du port. Cet anniversaire grandiose a accueilli plus de deux millions de visiteurs.
La manifestation a provoqué un impact retentissant sur le territoire : le souffle artistique a conquis les habitants, les commerçants, les étudiants et bien sûr les curieux qui ont découvert cette destination balnéaire au charme unique.

Largement plébiscitée, Un Été Au Havre est devenue une manifestation récurrente. Ainsi, au Havre, la saison estivale est le moment d’un rendez-vous ambitieux avec l’art, le patrimoine et la culture, revitalisé chaque année par de nouvelles œuvres d’art contemporain qu’Un Été Au Havre livre à l’espace public de fin juin à mi-septembre.

Collection permanente :
– Catène de containers (2017)
Constituée de 36 containers, culminant à 28,5 mètres de haut, la Catène de containers confère à ces mastodontes de métal une grâce et une légèreté étonnantes. Au bout de la rue de Paris, les deux arches se déploient en une porte symbolique entre la ville et le port, un jeu d’empilement adapté à la démesuré du monde portuaire qui l’environne.

– Impact – Stéphane Thidet (2017)
A intervalle régulier, deux jets d’eau se rencontrent pour produire une arche éphémère, en écho à la rondeur du Volcan, à la courbe de la passerelle François Le Chevalier qui enjambe le bassin, pour s’évanouir aussi soudainement qu’elle est apparue. L’Impact s’attend avec patience, apparition sensible aux marées et au vent, fragile et puissante à la fois.

– Jardins Fantômes – Baptiste Debombourg (2017)
Le bassin du Roy se pare de motifs somptueux, inspirés de ceux de la chambre de François 1er, dans son château de Blois. C’est en effet autour de ce bassin que se sont édifiés la ville et le port du Havre en 1517, sous la décision du roi de France. Au fil des marées qui les recouvrent, ces ornementations de métal se transforment, témoins du mouvement incessant des eaux, de la lente évolution des lieux.

– Le Temps Suspendu – Chevalvert (2017)
A l’intérieur d’une poudrière des Jardins Suspendus, une capsule temporelle nous invite à observer le passé. Elle regroupe sur ses parois une multitude de portraits (112 310), tous saisis durant l’année 2017 au Havre, au cours d’une opération appelée “Clic-clac”, portrait d’une ville”. En naviguant à travers cette photo de famille géante, les identités se révèlent t s’illuminent, suspendues dans le temps.

– Parabole – Alexandre Moronnoz (2017)
Dans les hauteurs du Havre, là où les rumeurs de la ville s’écoutent à distance, une parabole géante invite à la contemplation de l’horizon. De ces technologies qui permettent la communication, “Parabole” imite leur forme circulaire afin de favoriser là aussi la connexion, par la parole, le rassemblement, le jeu.

– UP #3 – Lang & Baumann (2018)
Depuis l’avenue Foch, elle apparaît encadrée par la Porte Océane, debout contre l’horizon maritime. Cette œuvre énigmatique qui surgit des galets reproduits l’ossature d’un bâtiment de la ville Perret, s’en détachant comme pour s’approcher de la mer.

– Apparitons – Stephan Balkenhol (2019)
De nouveaux occupants et occupantes se sont installés sur les façades des immeubles Perret, se mêlant à ceux des habitants, bien réels, qui apparaissent derrière leurs vitres. Ces personnages aux visages inexpressifs, à l’aspect rugueux, forment une composition d’hommes et de femmes dont la présence est discrète et énigmatique.

– Sisyphus Casemate – Henrique Oliveira (2019)
Un arbre semble avoir poussé dans l’alvéole 16 des Jardins Suspendus. Il s’agit d’une illusion créée par Henrique Oliveira, à l’aide de bois naturels et transformés. Un “arbre de Frankenstein”, réparé et protégé, contraint et dénaturé, dont les branches tendues vers l’extérieur semblent éprises de vie et de liberté.

– Monsieur Goéland – Stephan Balkenhol (2020)
Ce personnage hybride et fier, dressé sur son perchoir évoquant le mât d’un bateau, est à l’image du Havre. Une tête de goéland surgit d’un corps à la posture bien humaine, mains enfoncées dans les poches d’un caban de marin. Animal mystérieux, voyageur peut-être, Monsieur Goéland se fait l’écho de nos relations avec ce voisin ailé, si familier des Havrais qu’un mutation semble possible.

– Gold Coast – Hehe (2021)
Une formation de minéraux hybrides émerge du perré face au Musée d’Art Moderne André Malraux. Cette bande de pierre qui a aussi inspiré le nom du quartier (du Perrey), est désormais ornée comme le serait un patrimoine précieux, et nous donne l’illusion de pépites d’or géantes et éblouissantes, d’une richesse inépuisable, clin d’œil à l’utopie d’un eldorado maritime.

– Jusqu’au bout du monde – Fabien Mérelle (2022)
Un père et sa fille contemplent le large, à l’entrée du port par laquelle les navires vont et viennent. Tournée vers New York, la sculpture ravive le souvenir des départs passés vers cette destination, symbole de la filiation et de l’amour d’un père envers sa fille.

– Algues et Coquillages – Emma Biggs (2022)
Trois séries de bancs créés par la spécialiste de la mosaïque Emma Biggs, s’inspirent des formes et des couleurs que l’on retrouve dans la ville portuaire : les vagues, les algues, les motifs et les surfaces des coquillages ; le rouge d’un soleil couchant sur la mer.

– Sorcière de la Mer – Klara Kristalova (2022)
Une sorcière de la mer prend place dans le quartier Saint-François, où les voyageurs et les pêcheurs déversent et monnayent leurs trouvailles depuis des siècles. Cette figure fantastique qui est aussi girouette, reflète les ténèbres des fonds marins, tout comme la joie de vivre auprès de la mer, et en collecte ses trésors.

– Sans Titre – Izumi Kato (2022)
Un personnage tout en couleurs vives se dresse sur la place Saint-Vincent de Paul. Il ressemble à un humain mais n’en est pas tout à fait un ; il ne porte pas de nom. Mystérieuse, sa présence monumentale s’impose et nous contemple, nous laissant libres de lui attribuer une histoire, et peut-être une certaine aura.

– Narrow House – Erwin Wurm (2022)
Inspiré des souvenirs d’Erwin Wurm, ce logement typique des années 60 nous invite entre ses murs déformés : à l’intérieur, les pièces de plus en plus étroites, les objets et les meubles étirés jusqu’à l’extrême, matérialisent avec humour un certain sentiment étriqué et de désir d’évasion.

– La ville qui n’existait pas – Grégory Chatonsky (2023)
Grâce à des intelligences artificielles alimentées par les archives photographiques de la ville, Grégory Chatonsky a créé des images d’une ville qui ressemble au Havre, comme si la réalité avait emprunté un autre chemin que celui que nous connaissons. Elles sont à découvrir sur 25 frontons d’immeubles au bailleur social Alcéane.

– Coupes – Isabelle Cornaro (2023)
Isabelle Cornaro s’est inspirée de l’église Saint-Joseph pour créer deux œuvres : la première métamorphose les grandes baies vitrées de la gare du Havre en s’inspirant du nuancier de couleurs des vitraux de l’église, dessinés par Marguerite Huré. La seconde, installée sur le parvis, dévoile une œuvre-hommage à la flèche de Saint-Joseph, sous la forme d’une sculpture en bronze de 4m de hauteur. Œuvre hybride, à la fois assise et objet de contemplation.

Öffnungen und Zeitpläne

  • Von 01/01/2024 bis 31/12/2024

Tarife

  • Gratis für alle :

Lage

Un Été Au Havre – Collection permanente
Quai de Southampton – 76600 LE HAVRE

uneteauhavre@lehavre.fr

www.uneteauhavre.fr/fr

Route & Zugang